Le 12 octobre, journée de la résistance indigène en Amérique latine

Image: AIDESEP (source)
Image : AIDESEP (source)

Il y a 523 ans, le 12 octobre 1492, les espagnols arrivaient sur le continent américain. Christophe Colomb pensait alors avoir atteint les Indes. Avant la conquête, plus de soixante-dix millions de personnes issues de peuples indigènes originaires habitaient le continent. Après un siècle et demi de période coloniale et de pillages des ressources naturelles de la Pachamama, ces peuples ne comptaient plus que trois millions de personnes, victimes directes des conquistadores. 

Le 12 octobre de chaque année, l’Espagne fête la découverte de l’Amérique et la rencontre des “deux mondes”. Un jour de fête nationale dénommé “Día de la Hispanidad“. En opposition à la colonisation espagnole et au génocide perpétré contre les peuples précolombiens, plusieurs pays d’Amérique latine ont souhaité donné une toute autre teneur à cette journée historique: on célébrerait la lutte et la résistance indigènes face à l’envahisseur.

Au Pérou, il s’agit de la journée mondiale des peuples indigènes et du dialogue interculturel. En Bolivie, au Nicaragua et au Venezuela, c’est la journée de la résistance indigène tandis qu’en Argentine, depuis 2010, il s’agit de la journée du respect de la diversité culturelle. D’autres pays comme la Colombie et l’Equateur ont maintenu la dénomination initiale “Día de la Raza“, journée de la race, instituée en 1913 par Faustino Ródriguez-San Pedro, ex-ministre espagnol.

En 1492
Los nativos descubrieron que eran indios
Descubrieron que vivían en América
Descubrieron que existía el pecado
Descubrieron que debían obediencia a un rey y a una reina de Otro mundo y a un dios de otro cielo y que ese dios había inventado la culpa y el vestido.
Y había mandado que fuera quemado vivo quien adorara al sol y a la luna y a la tierra y a la lluvia que la moja.

Eduardo Galeano 

Voir également

Advertisements